Situation B : plan Marshall et début guerre froide

SITUATION B :

Plan Marshall et début de la guerre froide (1946)

 

Comment le plan Marshall marque-t-il la division de l’Europe  et le début de la guerre froide ?

 

USA et URSS, les deux grands vainqueurs de la seconde guerre mondiale.

Durant la guerre, les américains et soviétiques ont fait front contre le péril nazi, mettant de côté leur divergence idéologique (économie capitaliste contre économie communiste) pour mieux se concentrer dans leur lutte contre le Reich hitlérien. Le Président Roosevelt, était plutôt philosoviétique (=aimer l'URSS), puisqu'il avait reconnu, officiellement, l'URSS, en 1933, et qu'il avait une bonne image de Staline, surnommé Uncle Joe.

 

Staline avait même été élu par deux fois, homme de l'année par le magazine Time, en 1939 et en 1942.

Aussi, lors de la Conférence de Yalta, en février 1945, alors que la défaite allemande était imminente,  Roosevelt affaibli   allait se faire manipuler par   Staline, qui allait dessiner des "zones d'influence", se réservant la domination soviétique sur toute l'Europe de l'Est !

Staline transgressera tout de suite les accords de Yalta, en mettant des gouvernements pro-soviétiques dans les pays d'Europe de l'Est.

En juillet 1945, une nouvelle conférence entre les grands pays se déroulent dans un quartier de Berlin, à Postdam. Le président Roosevelt est décédé entre temps,   et son vice-président, Harry Truman, assez anti-communiste, l'a remplacé.

Si l'Allemagne nazie a capitulé, le 8 mai 1945, en Asie, le Japon, à l'agonie, résiste encore, mais les américains s'apprêtent à lancer leurs bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki, début août, démontrant leur puissance aux soviétiques. Et en effet, le Japon capitule le 2 septembre 1945 après les explosions atomiques, finissant le second conflit mondial.

 

Le plan Marshall: sauver l'Europe de la crise économique et du communisme !

  Une situation catastrophique sur le Vieux Continent.

 

La seconde guerre mondiale a fait des ravages sur le Vieux Continent. Plusieurs villes allemandes ont été rasées, le nord de la France a été gravement touché, sans parler de la situation dans les pays de l'Est de l'Europe et en Russie, où les destructions se comptent par milliers.

En France, les tickets de rationnement seront maintenus jusqu'en 1947, tellement la situation alimentaire est préoccupante.

 

Les USA, leader du monde libre ?

Les USA sont entrés dans la guerre le 7 décembre 1941, avec l'attaque surprise des avions japonais sur la base navale de Pearl Harbor. Mais, depuis longtemps, les USA s'étaient faits "l'arsenal des démocraties", en équipant, par la loi Prêt-Bail, les franco-anglais, puis les soviétiques.

Libérant l'Europe de l'Ouest (France, Italie, Benelux, Allemagne de l'Ouest, Autriche) de la domination nazie, ils occupent aussi le Japon, après la capitulation de ce dernier pays, suite à l'explosion des deux bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki, en août 1941.

Evidemment, en libérant l'Europe de l'Ouest, ils vont aussi imposer leur modèle de société, en consacrant la démocratie représentative, l'économie de marché, et la liberté individuelle.

L'URSS domine à l'Est.

Sans titre 2 

A l'Est, les soviétiques qui ont pris Berlin en avril-mai 1945, et ont poussé Hitler au suicide, ont libéré les pays d'Europe de l'Est (Pologne, Tchécoslovaquie, Bulgarie, Roumanie, Hongrie) et ont profité de leur présence dans ces pays, pour y imposer le modèle soviétique, avec un parti unique et une économie planifiée.

 

 Idéaux de la démocratie américaine

Tout comme W. Wilson auparavant, H. Truman et G. Marshall s’appuient sur les principes et les idéaux de la démocratie américaine

o    Lutte des démocraties contre les régimes totalitaires

o    Droit des peuples et des nations à disposer d’eux-mêmes ; Paix et solidarité.

 

Fin de la Seconde Guerre mondiale : États-Unis apparaissent comme les grands vainqueurs économiques et politiques du conflit. En l’espace de deux ans, l’Union soviétique, leur alliée d’hier, est devenue leur principale ennemie. En 1946, W. Churchill dénonce le rideau de fer qui sépare Europe de l’Est et de l’Ouest.

 

Les conséquences de cette aide :

  • une Europe de l’Ouest débitrice des États-Unis ;
  • une Europe divisée en deux blocs avec, d’une part, une Europe de l’Ouest sous influence américaine et membre de l’OTAN acceptant le plan Marshall, et, d’autre part, une Europe de l’Est sous influence soviétique et membre du pacte de Varsovie, contrainte de refuser l’aide américaine. Le plan Marshall constitue l’élément déclencheur de la guerre froide dont l’Allemagne et sa capitale Berlin ont été les premiers enjeux.

 

 Les motivations du Plan Marshall.

 

Le Plan Marshall est une suite logique à la doctrine Truman. Il poursuit un triple objectif:

  • Eviter à l'Europe la famine et le chaos.
  • Relancer l'économie européenne pour écouler les produits américains.
  • Eviter la contagion communiste qui s'alimente de la crise. En effet, en Europe de l'Ouest, les partis communistes italien et français connaissant un succès grandissant et, en France, le parti communiste de Maurice Thorez, est le premier du pays.

 

Il consiste donc à aider financièrement les pays européens qui en font la demande et est officiellement exposé par le général George Marshall, lors d'un discours à Harvard, le 5 juin 1947. C’est une aide économique, financière et militaire apportée aux vainqueurs et aux vaincus  en Europe (nourriture, matériaux de construction, dons, emprunts, matériel militaire…). Les principaux pays à bénéficier du plan Marshall sont les États d’Europe occidentale, aussi bien les vainqueurs, comme la France, que les vaincus, comme l’Allemagne, la Grèce et la Turquie

Sans titre 3


 

Les débuts de la guerre froide.

 

Pie

Le discours de Fulton, en mars 1946, suivi, un an après, par la doctrine Truman, avaient clairement désigné l'ennemi commun pour les puissances occidentales : l'URSS. Cette dernière réagit avec la doctrine Jdanov, qui divisait le monde en deux forces antagonistes, le camp anti-impérialiste et démocratique, dirigé par l'URSS et le camp impérialiste et anti-démocratique, qui s'incarnait dans les USA.

Les deux blocs vont alors constituer des alliances militaires respectives, l'OTAN, sous domination américaine, en 1949, réunissant les pays d'Europe de l'Ouest, le pacte de Varsovie, en 1955, fédérant sous le primat de l'URSS, les armées des pays d'Europe de l'Est.

 

 

Le blocus de Berlin, première crise de la guerre froide.

Berlin, l'ancienne capitale du Reich, est divisée en 4 zones d'occupation: une pour les américains, les anglais, et les français, une autre pour les russes. En 1948, suite aux tensions américano-soviétiques à propos du plan Marshall, Staline décide de faire le blocus des zones américaines, anglaises et françaises. Un pont aérien ravitaillera alors Berlin-Ouest, pendant plusieurs mois, faisant échouer l'action soviétique. Ce blocus, accélèrera l'antagonisme entre américains et soviétiques et débouchera sur la partition de l'Allemagne en 2 Etats, en 1949, la République Fédérale d'Allemagne (RFA), sous influence américaine, et la République Démocratique Allemande (RDA), sous occupation soviétique.

×