Histoire poésie

Petite histoire de... la POESIE

ORIGINES

Poésie vient de “poien” = créer , fabriquer en grec. Le poète est celui qui crée à partir des mots, celui qui va donner forme au langage.

Le mythe d’Orphée illustre le pouvoir du chant et de la poésie. Ce personnage à la fois poète et musicien a servi de référence à de nombreux auteurs contemporains comme Apollinaire.

Orphée est à l’origine du lyrisme, (expression personnelle des sentiments) 

Le lyrisme doit   son nom à la lyre d’Orphée qui accompagnait ses chants. Capable de charmer les profondeurs des enfers, il devient le modèle des poètes par son talent et son courage.
 Orphée illustre non seulement le pouvoir du chant et de la poésie, mais aussi le devoir du poète. Car Orphée  prit le risque de descendre aux Enfers pour retrouver son amour Eurydice. Et telle est la situation du poète :   prendre le risque de regarder le monde autrement,  en le nommant dans une langue qui défie la parole commune, délivrée de tout projet de communication ou d'idéologie.

La poésie, c’est le courage de se déprendre de notre savoir pour accéder enfin à une expérience authentique du monde.


 

Le Mythe d’Orphée

Orphée avait reçu de sa mère le don de la musique et les dieux lui avaient offert une lyre… Il rencontra Eurydice, en tomba éperdument amoureux et l’épousa. Mais celle-ci fut mordue par un serpent et mourut le jour même de ses noces. Orphée inconsolable décida de descendre aux Enfers où Hadès régnait sur le Royaume des morts. Avec sa lyre, Orphée charma Cerbère le chien à trois têtes qui gardait la porte des Enfers.

Charmés à leur tour par la lyre d’Orphée, Hadès et son épouse  Perséphone consentirent à laisser partir Eurydice. Mais ils y mirent une condition : tant qu'il serait dans le Royaume des morts, Orphée ne chercherait pas à voir celle qu'il était venu chercher. Orphée accepta et se mit en marche, suivi de sa jeune épouse.

  Tandis qu'il songeait au bonheur qui les attendait, le jeune homme oublia sa promesse et  se retourna pour contempler sa bien-aimée… La jeune fille retomba aussitôt dans les abîmes.   Le poète se retira alors dans un lieu isolé où il chanta sa peine. Et il resta inconsolable…

Figure 1 Attribué à Gioacchin Giuseppe SERANGELI (1768-1852) ; Orphée et Eurydice quittant les enfers Toile 139 x 101cm

Orphee


Moyen âge 

H1001i1

D’une forme orale héritée de l’Antiquité, la poésie se développe  sous des formes écrites: Chanson, ballade, rondeau…


Carte  Histoire Poésie M.APoesie au moyen age jusqu au xvPoesie au moyen age jusqu au xv (185.49 Ko)

 Poesie au moyen age jusqu au xv


François Villon

Poète «!malfaiteur!» 

Issu d’une famille pauvre, François de Montcorbier, ou François des Loges, orphelin de père très jeune, fut élevé par le chanoine de Saint-Benoît-le-Bestourné, maître Guillaume de Villon, son «!plus que père!», dont il prit le nom pour lui rendre hommage. Après avoir été reçu bachelier en 1449, il devint licencié puis maître ès arts à Paris en 1452. À part ces quelques faits sur sa jeunesse, la vie de François Villon est remplie de zones d’ombre, et les seuls indices biographiques certains dont nous disposions sur sa vie adulte sont d’origine judiciaire, ce qui renforce l’image légendaire de poète «!malfaiteur!» qui est la sienne depuis la fin du Moyen Âge

La Ballade des pendus 

Impliqué dans une rixe au cours de laquelle François Ferrebouc, notaire pontifical, fut blessé, Villon fut arrêté, torturé et condamné à la pendaison, et fit appel de la sentence. C’est sans doute pendant ces jours pénibles qu’il écrivit la Ballade des pendus, intitulée aussi l’Épitaphe Villon, où se manifeste notamment son obsession des corps pourrissants. Le 5 janvier 1463, le parlement de Paris commua la peine en dix ans de bannissement. Ce sont là les dernières traces des faits et gestes de François Villon que nous possédions.

Importance et postérité de l’œuvre 

S’il n’innova guère dans son usage des formes poétiques, Villon porta la ballade à sa perfection. Son œuvre est dominée  par l’importance considérable accordée à la personne du poète, ce qui est rare au Moyen Âge.

La poésie de Villon est surtout marquée par une hantise profonde de la mort. Ce thème obsédant, que ne dissimule pas un usage fréquent de l’ironie, traverse toute son œuvre, où domine l’évocation des souffrances physiques et morales dans un monde désenchanté et sombre. En outre, lorsque Villon décrit la vie quotidienne, c’est souvent sur un ton réaliste ou pathétique.

La postérité de Villon est immense et ne se dément pas depuis le XVIe siècle.

    Encyclopédie Encarta (c) Microsoft

 

FICTION SUR LA VIE DE FRANÇOIS VILLON





XVI°-Renaissance

 

 

Frise chronologie renaissance

Avec le XIX°, le XVI° est le grand siècle de la poésie.

 

A la Renaissance*, et avec l’Humanisme* la poésie connaît au XVI° un essor considérable.

 


Qu'est-ce que l'humanisme ?

 

 


Qu'est-ce que la renaissance ?

 


Quelques poètes...


0000022367 louise labe11

 

Louise Labé est une poétesse au ton original qui utilise sa propre expérience amoureuse pour décrire dans ses Sonnets, les peines et les joies de l’amour.

Je vis, je meurs ; je me brûle et me noie ;
J'ai chaud extrême en endurant froidure :
La vie m'est et trop molle et trop dure.
J'ai grands ennuis entremêlés de joie.

Tout à un coup je ris et je larmoie,
Et en plaisir maint grief tourment j'endure ;
Mon bien s'en va, et à jamais il dure ;
Tout en un coup je sèche et je verdoie.

Ainsi Amour inconstamment me mène ;
Et, quand je pense avoir plus de douleur,
Sans y penser je me trouve hors de peine.

Puis, quand je crois ma joie être certaine,
Et être au haut de mon désiré heur,
Il me remet en mon premier malheur.

 


 

La Pleiade

RonsardQuant aux poètes de La Pléiade ( Ronsard, Du Bellay…), ils ont une très haute opinion de leur rôle. Pour eux l’inspiration du poète est quasi-divine..

Ces jeunes poètes se battent pour une poésie en langue française (Et non plus en latin). Ils mettent à la mode le sonnet (hérité des italiens et notamment de Pétrarque, composé de 14 vers en  alexandrins) et en font la forme la plus noble

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
Assise auprès du feu, dévidant et filant,
Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

Lors, vous n’aurez servante oyant telle nouvelle,
Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
Qui au bruit de mon nom ne s’aille réveillant,
Bénissant votre nom de louange immortelle.

Je serai sous la terre et fantôme sans os :
Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
Vous serez au foyer une vieille accroupie,

Regrettant mon amour et votre fier dédain.
Vivez, si m’en croyez, n’attendez à demain :
Cueillez dès aujourd’hui les roses de la vie.

Pierre de Ronsard, Sonnets pour Hélène, 1578


 

Carte  Histoire Poésie RENAISSANCEPoesie de la renaissance xvi sieclePoesie de la renaissance xvi siecle (180.71 Ko)

Poesie de la renaissance xvi siecle





XVIIème siècle

3 courants :

a) La poésie baroque : les thèmes sont liés à l’instabilité du monde, à la mort, à l’eau…Tout ce qui est mouvant, changeant…

b) La poésie précieuse : elle cherche le raffinement…

c) La poésie classique : exigence de clarté et de mesure. Elle obéit à des règles strictes comme le théâtre à la même époque. Boileau et Malherbe en théorisent les règles. L’écriture poétique se place sous le pouvoir de la technique et de la raison.

 

Jean de la fontaineLa Fontaine, dans ses Fables , utilise la poésie classique pour porter un regard satirique sur l’homme et le monde.

 

 

 

Le texte théâtral classique (tragédie et comédie) est alors écrit en vers et Corneille, Molière ou Racine  en sont les plus brillants représentants.

 

 

 

 

 


Carte  Histoire Poésie XVIIèmePoesie xvii xviiiPoesie xvii xviii (107.11 Ko)

 

Poesie xvii xviii


XVIIIème siècle

La poésie est peu présente au XVIII°. Théâtre, conte philosophique, roman, essai seront les genres favoris du XVIII° sans doute parce que ce siècle privilégie la réflexion philosophique et laisse un peu de côté le lyrisme. 




 

XIXéme siècle

C’est le siècle des révolutions poétiques. Et le genre revient en force.

Trois   mouvements vont marquer le XIX° et Charles Baudelaire qui est un peu tout à la fois...

Le romantisme :

Amorcé avec J.J Rousseau, le romantisme marque la 1ère rupture en réaction contre la Raison (XVIII°), le progrès, la science. L’intérêt revient sur l’individu, ses sentiments, ses questionnements face au temps, à l’amour, à la mort

C’est par excellence une poésie lyrique qui chante « le mal du siècle », la solitude, la mélancolie… Hugo disloque l’alexandrin qu’il juge trop rigide.

Et les poètes romantiques se libèrent des règles classiques héritées du XVII°. Lamartine, Hugo, Vigny, Musset…(Voir fiche romantisme)

Représentants célèbres : V. Hugo, Leconte de L'Isle, 


Le Parnasse

(c’était dans l’Antiquité, le séjour des Muses)

Les parnassiens rejettent certains aspects du romantisme (Lyrisme et engagement politique notamment).

Ils préfèrent : le gout du pittoresque, le travail descriptif, la « couleur locale »…

Ce qu’ils prônent avant tout, c’est « l’Art pour l’Art »…Pour eux, l’art n’a d’autre fonction que lui-même. La poésie n’a pas à s’engager, elle n’existe que par le travail sur la forme.

Ils utilisent le rondeau, le dizain, le sonnet…

Représentants célèbres : Théophile Gautier, Leconte de Lisle, Hérédia…

Le devoir du parnassien se résume en six points :

  • - on ne raconte pas sa vie à longueur de rime
  • - ni politique ni morale
  • - ignorer le monde moderne avec ses excès et ses outrances
  • - respect du vers et de la forme
  • - pratiquer l’art pour l’art
  • - culte de la beauté

 


Baudelaire

Baudelaire : La forme poétique se modernise.

Baudelaire est une figure incontournable de la poésie du XIX°

Il renouvelle la poésie par les  thèmes qu’il choisit qui tout en gardant souvent la forme classique du sonnetEt par   des images inattendues comme le suggère le titre de son recueil Les Fleurs du mal (1857)

Chez lui, la recherche du Beau ne tue pas l’émotion…  Il introduit aussi (après Aloysius Bertrand), le poème en prose.  Ce sont de petits « tableaux » qui peignent les misères et l’insolite de la vie urbaine. (Cf. Les Fenêtres ou Le Jouet)

 

Baudelaire, L’Idéal

Ce ne seront jamais ces beautés de vignettes,

Produits avariés, nés d'un siècle vaurien,

Ces pieds à brodequins, ces doigts à castagnettes,

Qui sauront satisfaire un coeur comme le mien.

 


Le Symbolisme

Les symbolistes  cherchent à prouver que la poésie est une langue particulière qui peut dire le monde autrement.

Il faut redonner du sens au mot, les débarrasser des clichés. Il veulent inventer une nouvelle musique poétique : « de la musique avant toute chose… » écrit Verlaine.. C’est pourquoi il préfère les vers courts et impairs. Il est influencé par le mouvement pictural de l’impressionnisme.

Représentants célèbres : Baudelaire (Précurseur),Verlaine, Rimbaud, Mallarmé...

  • Paul VERLAINE   (1844-1896)

Art poétique

De la musique avant toute chose,
 

Et pour cela préfère l'Impair


Plus vague et plus soluble dans l'air,


Sans rien en lui qui pèse ou qui pose.


Rimbaud

la poésie prend une nouvelle force.

Rimbaud exprime sa révolte contre l’ordre social dans Poésies (1870-1871) : cf. Le Dormeur du val

A 17 ans, il expose dans une lettre à son ancien professeur, sa vision révolutionnaire de ce que doit être la poésie :

Le Poète se fait voyant par un long, immense et raisonné dérèglement de tous les sens .Toutes les formes d'amour, de souffrance, de folie; il cherche lui-même, il épuise en lui tous les poisons, pour n'en garder que les quintessences…


Pour Rimbaud, Hugo et Baudelaire sont déjà des voyants.

 Rimbaud   avec une oeuvre   brève et fulgurante, regroupe ces expérimentations tout en ouvrant des voies explorées encore aujourd’hui.  

 Son recueil Illuminations se caractérise par la liberté de la forme. Rimbaud utilise la prose. Et la réalité est souvent métamorphosée.

Rimbaud, Illuminations, 1886

Départ

     Assez vu. La vision s'est rencontrée à tous les airs.

     Assez eu. Rumeurs des villes, le soir, et au soleil, et toujours.

     Assez connu. Les arrêts de la vie. — Ô Rumeurs et Visions !

     Départ dans l'affection et le bruit neufs !

 

 

Carte  Histoire Poésie XIXème  Poesie au xix 1Poesie au xix 1 (189.83 Ko)

Poesie au xix 1





 

XXème siècle

Au vingtième, toute contrainte formelle disparaît. Chaque poète peut imposer ses propres règles.

 


Apollinaire

Il est le représentant de ce qu'on a appelé « l'esprit nouveau ». Son recueil Alcools (1913) est placé sous le signe de la modernité :

  • suppression de la ponctuation
  • choix du premier poème intitulé « Zone » et qui commence par ces vers :

« A la fin tu es las de ce monde ancien…/ Bergère ô tour Eiffel le troupeau des ponts bêle ce matin. /Tu en as assez de vivre dans l'antiquité grecque et romaine

  • Ville de Paris présentée comme un espace urbain source d'une esthétique nouvelle
  • Il crée le « poème-conversation »
  • Les calligrammes
  • Compose un poème Chantre, en un seul vers : «  Et l’unique cordeau des trompettes marines »
  • Apollinaire à pour devise « j’émerveille ». Son but est de surprendre le lecteur et de donner les moyens à la poésie d’accéder à la modernité.

 


Les surréalistes (années 1920)

Le surréalisme est né de la révolte de jeunes gens horrifiés par les horreurs de la première guerre mondiale.

André Breton, médecin militaire, découvre Freud et la méthode des associations  libres en soignant les traumatismes des soldats revenus du front. Il s'en inspire et propose l'écriture automatique, sorte de dictée de l'inconscient qui ne se préoccupe d'aucune contrainte.

Robert Desnos publiera des récits de rêves écrits sous hypnose.

Le but : faire émerger l'imaginaire enfoui dans la conscience.

En 1924 parait le Manifeste surréaliste de Breton. Le mouvement est ainsi défini :

SURREALISME, n. m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale. »

 

 

L'image surréaliste y est décrite  comme le choc de deux réalités tout à fait éloignées l'une de l'autre. Et « plus les rapports des deux réalités rapprochées seront lointains et juste, plus l'image sera forte – plus elle aura de puissance émotive et de réalité  poétique »

 

Paul Eluard

La terre est bleue comme une orange 

Jamais une erreur les mots ne mentent pas


Ils ne vous donnent plus à chanter


Au tour des baisers de s’entendre


Les fous et les amours


Elle sa bouche d’alliance


Tous les secrets tous les sourires


Et quels vêtements d’indulgence


À la croire toute nue.

 

Les surréalistes privilégient des thèmes comme le rêve, l'amour, deux domaines ou le rationnel n’est pas très présent mais où  l'inconscient joue un rôle essentiel.

Aragon, Éluard sont de grandes figures de la poésie surréaliste notamment illustrés par leur thématique amoureuse

En 1926, paraît  Capitale de la douleur d'Éluard. La Courbe de tes yeux est un poème qui fait l'éloge de sa femme Gala dont la lumineuse beauté gagne tout l'univers. Élargissement de la fin du poème est caractéristique :

« comme le jour dépend de l'innocence/le monde entier dépend de tes yeux purs/et tout mon sang coule dans leurs regards. »

Quant à Aragon, il rend hommage à sa compagne Elsa Triolet dont il fait sa muse dans de nombreux poèmes. Les titres de ses oeuvres sont révélateurs de cette source d'inspiration : Les Yeux d'Elsa (1942), Elsa (1959), Le Fou d’Elsa (1963)…

Le poème de forme libre travaille surtout l’image.  On peut ainsi avoir des successions d’images contrastées. On a aussi  une attention spécifique portée aux clichés, aux mots de tous les jours réinventés  . Ainsi  Breton écrit : « Qu’est-ce qui me retient de brouiller l’ordre des mots, d’attenter de cette manière à l’existence toute apparente des choses. Le langage peut et doit être arraché à son servage ».

Des formes brèves et closes, voire classiques apparaissent chez Éluard pour exprimer l’amour comblé ou intense tandis que l’expérience de l’amour malheureux ou instable s’exprimera en rassemblement de phrases isolées, en strophes de nombre impair.

Sur le plan formel, les principes surréalistes ont les conséquences suivantes (pas systématiques)

  • déstructuration du vers ;
  • absence de rimes ;
  • recours au vers libre ;
  • images sans apparente logique ;
  • thèmes du rêve et de l’inconscient ;
  • éclatement des formes fixes ;
  • écriture à quatre mains (voire davantage) ;

Les apports de la poésie surréaliste sont considérables. En libérant le vers et l’inspiration de siècles de contraintes formelles et morales, les poètes surréalistes ont révolutionné l’écriture poétique. Leurs idées influent sur les grands poètes de la seconde moitié du XXe siècle : Yves Bonnefoy, André du Bouchet ou Eugène Guillevic.

Pour en savoir plus :  http://mediation.centrepompidou.fr/education/ressources/ENS-surrealisme/ENS-surrealisme.htm

 


La poésie engagée

 

 

 


 

Carte  Histoire Poésie XXème  Poesie au xxPoesie au xx (112.25 Ko)

Poesie au xx