Outils argumentation

 

 I. Les "genres de l’argumentation »  

4 stratégies argumentatives :Démontrer-Convaincre –Persuader-Délibérer

 

Démontrer 

Prouver par une démarche scientifique qu’une vérité est indiscutable

Le raisonnement est basé sur des faits vérifiables, des données objectives

  • Arguments irréfutables (données scientifiques )
Exple : le réquisitoire
  • Arguments présentés de manière logique (Les connecteurs logiques permettent de suivre la démonstration)

Qqs types d arguments

 Qqs types d argumentsQqs types d arguments (8.61 Ko)(cliquez pour ouvrir la carte)

Structure (mode de raisonnement)

     Raisonnement déductif : 
  • les arguments se suivent logiquement (du général au particulier) 
     Raisonnement inductif :
  • on part de l’exemple pour arriver a des conclusions générales
     Raisonnement par l’absurde :
  • Développer un argument pour aboutir à une conclusion identifiée comme fausse. En conséquence l’argument donné apparait comme faux (erroné)

 

Procédés

  •  pratiquement pas de marque de subjectivité : celui qui parle s’efface et laisse place aux faits
  •  Bcp de connecteurs logiques (permettent de suivre le raisonnement)
  • Verbe au présent : vérité générale est énoncée

 « Il n’y a point de liberté si la puissance de juger n’est pas séparée de la puissance législative et de l’exécutrice… » Montesquieu, L’esprit des Lois


    

 Convaincre

Utiliser la raison pour obtenir l’adhésion du ou des destinataires

Structure (Mode de raisonnement) :

     Raisonnement par analogie :
  • on met en relation des situations différentes par leurs contextes mais semblables dans leur déroulement . 
  • La conclusion émerge de cette mise en parallèle
 
     Raisonnement par concession :
  • On admet une partie de l’argument de l’adversaire, puis on réfute
 

Procédés pour convaincre :

  • Connecteurs logiques
  • Figures d’opposition
  • Parallélismes de construction dans les phrases

 


 

Persuader

Obtenir l’adhésion par les sentiments : produire des émotions chez le destinataire pour qu’il partage la même pensée que le locuteur.

Persuader implique souvent une argumentation indirecte (charmer, faire peur…)

 

Procédés

  • Arguments ad hominem (un argument de rhétorique consistant à confondre un adversaire en lui opposant ses propres paroles ou ses propres actes) et interpellation du destinataire
  • Figures d’insistance
  • Présence forte du locuteur (pronoms et modalisateurs)
  • Lexique du sentiment

Convaincre et persuader

Convaincre et persuaderConvaincre et persuader (21.55 Ko) Cliquez pour telecharger la carte

 

 

 


 

Délibérer

Consiste à poser un problème et examiner les différentes façons d’y répondre

  • Plusieurs points de vue, représentés par plusieurs voix (personnages)
  • Ou débat intérieur (réflexion personnelle)
  • Ou dialogue théâtral ou philosophique

 

Procédés

  • Exclamations et interrogations
  • Figures d’opposition
  • Lexique marque des oppositions
  • Modes et temps de l’hypothèse (conditionnel, futur)
  • Modalisateurs d’incertitude

 

Argumenter pour convaincre persuader deliberer

La carte en version grand format

Argumenter pour convaincre persuader delibererArgumenter pour convaincre persuader deliberer (27.6 Ko)

 

 


 

II. Les formes de l’argumentation

A. Les formes directes

L'essai (du lat exagium : pesage, poids)

C’est un ouvrage, de forme assez libre, dans lequel l'auteur expose ses opinions (cf. Montaigne, Les Essais) ; L’essai relève de la délibération

Essai =

  • tentative de réflexion (la pensée n’est pas forcément achevée)
  • mise à l’épreuve : examiner la validité d’une idée
  • Exercice de réflexion : faire évoluer la pensée
  • Enonciation : « je » engage l’énonciateur en tant que personne

 

  • L’essai est une forme libre – lecteur assiste à l’élaboration de la pensée, en suit les mouvements, les contradictions, les hésitations.
  • Domaines : tous
  • L’essai peut prendre la forme de la lettre

 


 

Le pamphlet

C’est un écrit satirique, souvent politique, au ton virulent (Voltaire) ;

 


 

Le plaidoyer

Défend une  cause, le réquisitoire est une accusation ;

 


 

Le manifeste

C’est une déclaration écrite, publique et solennelle, dans laquelle un homme, un gouvernement ou un parti expose un programme ou une position (on trouve ainsi des manifestes de groupes d'artistes, autour d'un programme esthétique : cf. Le Manifeste du surréalisme) ;

 


 

La lettre ouverte

est un opuscule souvent polémique, rédigé sous forme de lettre ;

 


 

La préface

est un texte placé en tête d'un ouvrage pour le présenter, en préciser les intentions, développer ses idées générales (Préface de Cromwell, ou encore Préface du Dernier Jour d'un condamné, de Victor Hugo) ;

 


 

L'éloge, le panégyrique, le dithyrambe

sont des textes marquant l'enthousiasme et l'admiration que leur auteur voue à quelque chose ou quelqu'un.

 


 

Les formes liées à la presse écrite

Journaux et revues accueillent régulièrement des textes argumentatifs :

  •      l'éditorial est un article émanant de la direction du journal. Il engage la responsabilité du rédacteur en chef et de l'ensemble du journal, tout en restant une parole individuelle (celle du journaliste qui le signe) ;
  •      le billet d'humeur est une courte chronique où le rédacteur s'adresse en son nom à une ou plusieurs personnes, sur un sujet d'actualité ;
  •      une lettre ouverte  un journal peut également publier une lettre ouverte: cf. le célèbre J'accuse, de Zola, paru dans l'Aurore.

 


 

B. Les formes indirectes (ou obliques)

 

L’apologue : un récit à visée argumentative

ApologueApologue (33.66 Ko)

Apologue

 

 

Utilisation de la fiction permet :

  • exposer des idées de façon plus concrète, plus distrayantes
  • Les leçons sont formulées de façon indirecte (symbolique) à traves pers et situations
  • Visée : plaire, amuser le lecteur pour le faire réfléchir, l’instruire
  • Parfois récit contient une morale(pas forcément explicite) 

Formes de l’apologue : fable, conte philosophique, parabole, nouvelle, récits longs comme romans de Kafka..

 (Voir ci-contre)

 

a) La fable (La Fontaine) 

Fable : récit bref à caractère moral, visée argumentative

Caractéristiques de la fable :

  • -       brièveté du récit pour plus d’efficacité
  • -       structure simple (2 ou 3 pers avec chacun un pt de vue)
  • -       Dialogue permettant d’animer le débat et faciliter la démonstration

 

  b) le conte philosophique (Voltaire, Candide) ;

  • Genre hybride
  • Pers. principal souvent naïf confronté à des situations invraisemblables voire merveilleuses
  • Les nombreuses péripéties du pers permettent d’aborder bcp de questions philosophiques
  • Réalité vue à travers un pers souvent naif en montre toute l’absurdité (amusement du lecteur et réflexion)
  • Au XVIII moyen de se protéger de la censure

 

c) L’utopie (et la contre-utopie)

  • Genre littéraire dans lequel l'auteur imagine un univers idéal, par exemple l'abbaye de Thélème, chez Rabelais
  • (u-topia : le non lieu / ou-topia : le beau lieu)
  • Il désigne un lieu imaginaire et parfait (récits décrivant une société idéale)
  • Candide dans l’eldorado
  • Le contraire est une dystopie ou contre utopie   (1984, d'Orwell) 

 

d) récit de voyage

  • Regard différent sur la société grace au pt de vue décentré du personnage
  • -       soit pers « etranger » montre les travers et absurdités  de la société (lettres persanes)
  • -       soit le pers à travers ses voyages porte en retour un regard critique  sur sa propre société

 

   f) Le dialogue

Parfois dialogue philosophique, cf. Diderot, ou Sade

 

g) La parabole :

Très didactique, elle donne un message moral ou religieux et doit aboutir a un sens univoque

 


 

Les formes de l argumentation 1Les formes de l argumentation 1 (59.06 Ko) cliquez pour agrandir la carte

Les formes de l argumentation

 


III. Les principaux registres dans l’argumentation

  • Pathétique : mobiliser les sentiments du lecteur et de l’auditoire pour suscité pitié et indignation
  • Polémique : Sert un combat verbal. Discours de la controverse, du pamphlet, du débat contradictoire
  • Lyrique : fonction poetique expressive ou d’embelissement (mobiliser dans l’action)
  • Didactique : Neutralité du propos, caractère scientifique et logique (stratégie pour convaincre)

 

Ironie et argumentation indirecte

Ironie : mode d’expression indirecte

On dénonce l’inverse de ce qu’on pense : c’est l’antiphrase qui provoque le lecteur et lui permet de saisir les faiblesses de la thèse

procédes rhétoriques

Rhethorique 1Rhethorique 1 (64.27 Ko)

 

 

×